La vérité sur les grossesses tardives…

Vous avez la quarantaine et venez d’apprendre la bonne nouvelle !

Vous êtes sur un petit nuage…Normal ! Quelques vérités sur ce type de grossesse…

1.Halte aux préjugés

À peine la bonne nouvelle annoncée à vos proches, vous sentez déjà une grande inquiétude de leur part. Comment voulez-vous vivre une grossesse sereine si tout le monde vous assène de fausses vérités ? La réalité, c’est que vous bénéficierez d’un suivi adapté à votre grossesse pour mieux dépister les problèmes éventuels.

2. Le cas de la trisomie 21

Plus vous êtes âgée, plus le risque d’avoir un enfant trisomique est élevé, c’est un fait (un cas sur 1500 naissances après 40 ans). Mais ce qu’il faut voir, c’est que la trisomie 21 peut être dépistée avec la mesure de la clarté nucale à 12 semaines d’aménorrhée ou encore grâce à une prise de sang cherchant certains types de marqueurs de cette pathologie.

3. “Mais tu n’y penses pas ?! et les malformations ?”

Idée la plus couramment répandue concernant les grossesses tardives, elle est pourtant…totalement fausse !
Une femme enceinte de 40 ans ne fait pas plus courir de risque à son enfant qu’une jeune femme de 20 ans côté malformation.

4. Surveillance accrue de la tension et du diabète

Disons-le clairement : l’hypertension et le diabète gestationnel touchent plus les femmes de plus de 35 ans. Mais ils font l’objet d’une surveillance et peuvent être contrecarrés.

L’hypertension ne dégénère heureusement pas souvent en toxémie gravidique (seulement 5% des cas) mais si elle est décelée, il faut la traiter rapidement avant qu’elle n’entraîne des complications.

Quant au diabète, un dépistage est proposé pour les catégories à risques et des traitements sont possibles pour éviter les problèmes éventuels.

5. Périnée au travail !

Les muscles du périnée seront sollicités et, étant plus lâches le temps passant, il vous faudra les rééduquer avec une sage-femme une fois P’tit Loup arrivé.

Une étape nécessaire si vous ne voulez pas finir avec des garnitures troisième âge à 40 ans. Ne négligez pas de prendre rendez-vous chez un spécialiste de l’entraînement du périnée après quelques semaines de repos tout de même…

Souriez, votre grossesse tardive va bien se passer, tant qu’elle est bien surveillée !

Auteur : Anne-Lise Pernotte

Anne-Lise Pernotte est rédactrice en chef de cotebebe.fr et free-lance dans le digital. Passionnée par le web, l'écriture et l'univers de la petite enfance, elle souhaite apporter un accompagnement bienveillant et éclairé aux futurs et jeunes parents. Elle est aussi l'auteure du premier livre feelgood dédié à la parentalité tardive "avoir un enfant à 40 ans (ou presque)"

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest