Suites de couches : et si on en parlait vraiment ?

P’tite Cerise est née. C’est le plus beau des bébés évidemment dans votre cœur de maman.

Si tout semble rose au premier abord, vous pouvez rapidement expérimenter quelques – disons – péripéties post accouchement que vous n’oublierez pas de sitôt…Côté Bébé fait le point sur ces zones sombres dont on parle peu, au final. Pourtant, la majorité des femmes traverse des turbulences physiques et psychiques après une naissance…

Qu’appelle-t-on suites de couches ?

C’est la période qui suit la naissance de P’tite Cerise. En général, on parle d’un mois et demi pour ce phénomène soit le temps que l’utérus met pour se remettre en position normale et retrouver sa taille d’origine.

Ce laps de temps a priori court paraît pourtant bien long aux nouvelles mamans qui vont connaître des sensations qu’elles auraient préféré éviter.

Les joyeusetés des suites de couches

Dans la liste des festivités, on retrouve…

Les entrées…

-> Les pertes vaginales

Pas de panique : pendant quinze à vingt jours, vous allez expérimenter de petites pertes. C’est la muqueuse utérine qui se dégrade puis s’évacue. Les trois premiers jours après l’accouchement verront des pertes abondantes et bien rouges puis petit à petit les saignements seront moins impressionnants.

Tout ceci est normal.

Bon à savoir : parfois, au 12ème jour post accouchement, le débarquement revient en force et peut vous faire peur. En réalité, c’est l’utérus qui cicatrice et entraîne ce revirement de situation qui peut durer 24 à 48 heures. La chose qui doit vous alarmer c’est une couleur douteuse des pertes  ou une odeur nauséabonde, ces marqueurs pouvant signifier une infection.

-> les fuites urinaires

Franchement pénibles, mais hélas très courantes, les fuites urinaires peuvent être source d’angoisse. Là encore, le temps jouera en votre faveur.  Au delà des 3 semaines post accouchement , la situation s’améliore nettement et vous pouvez sortir acheter votre pain sans porter des couches XXL. Mais dans un premier temps, elles vous seront d’un grand secours :-).

-> Un transit intestinal chaotique

Un accouchement est fréquemment synonyme de constipation. Le transit s’opère difficilement : il va falloir aider un peu pour l’évacuation…Quelques exercices de type massage ainsi que des aliments spécifiques seront vos alliés pour tout recadrer et retrouver petit à petit un rythme de croisière.

Le plat de résistance

-> Les gênes, démangeaisons et douleurs en tout genre

On ne va pas vous mentir mais c’est un florilège de choses désagréables qui vous attend : mal de dos, fatigue intense, douleurs dans le bas-ventre…

Si vous avez accouché par césarienne : la cicatrice et ses démangeaisons vous rappelleront votre accouchement récent.

Vous a-t-on parlé de la pesanteur dans le bas-ventre ? Vous risquez de la ressentir, votre utérus pesant encore pas mal de poids et votre périnée étant parti un peu en vacances…

Rassurez-vous : tout ceci est normal. Pendant 4 ou 5 jours, vous serez gênée par cette sensation de pesanteur ; puis, tout reviendra dans l’ordre.

En cas de douleurs persistantes ou de doute quant au nettoyage de votre éventuelle cicatrice, le mieux reste de dialoguer avec l’équipe médicale pour une prise en compte efficace de votre suite de couche.

Le dessert, pour plomber l’ambiance

-> Le baby blues

Pleurs, sensibilité exacerbée, sentiment d’être une mauvaise mère : derrière ces attitudes se cache la chute brutale des hormones, qui entraîne avec elle un cortège d’impressions négatives pendant la première semaine suivant votre accouchement.

Normalement, ces désagréments disparaîtront sous deux à trois semaines, pour votre grand soulagement. Si jamais ce n’était pas le cas, direction le cabinet médical qui vous suit : mieux vaut enrayer tout risque de dépression post-partum, beaucoup plus tenace et menaçant l’équilibre de votre couple.

Et le retour de couches ?

Il se définit par le retour de vos règles post accouchement ; en général, il intervient un mois et demi après la naissance de Bébé si vous ne l’allaitez pas. S’il est nourri au sein, on considère que le retour de couche s’opère un mois après le sevrage mais cette valeur est loin d’être sûre…

Par contre, une chose est certaine : le fait d’allaiter ne vous protège pas d’une nouvelle éventuelle grossesse et vous pouvez tomber enceinte les jours précédant votre retour de couches.

La bonne attitude : prévoir un moyen de contraception dans les 2 à 4 semaines qui suivent l’arrivée de P’tite Cerise.

 

Auteur : Alexandra Le Dauphin

Alexandra Le Dauphin est rédactrice web chez Drôle de Plume et auteure de 5 ouvrages "Célibataire, faut pas t'en faire", "Au boulot Chômette "et "Matéli fait son tri", "Les lunettes de Mattéo" et "Toi, mon bébé prématuré".

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest