Parentalité positive #1 : le temps de retour au calme à la place du coin

Malgré tout ça, il se peut que la crise ne passe toujours pas.

L’enfant peut être dans un tel état de détresse émotionnelle qu’il ne parvient pas à se calmer, qu’il tape, jette des objets

  • Dans ces cas-là, le retrait de l’enfant peut être nécessaire. Il ne s’agit pas de « mise au coin ». Non, le retrait n’est pas une punition. Mais quand l’enfant a un comportement qui dérange trop ( Par ses cris, il peut, par exemple, réveiller un petit frère ou une petite soeur; s’il tape ou jette des objets, il met « en danger » autrui ), Il est alors nécessaire d’éloigner l’enfant.

L’idéal est de choisir un endroit non loin de nous, où l’enfant nous voit et où on le voit. Cela peut-être une petite chaise.

Mais attention ! Il est indispensable que l’enfant continue à se sentir aimable (non pas « aimable » = poli, non « aimable » du verbe « aimer ») ! Ce retrait nécessite notre accompagnement avec des mots bienveillants et non jugeants. Il faut expliquer à l’enfant la raison de son retrait. On peut lui dire qu’en jetant ainsi ses jeux il risque de blesser quelqu’un et qu’on préfère qu’il se place un petit moment à cet endroit précis pour que sa colère s’apaise. On peut lui préciser qu’on reste à proximité et disponible pour lui. Et bien sûr, on instaure ce retrait sur un temps COURT ! Quand il est question du « coin » on entend souvent : à 1 an c’est 1 minute, à 2 ans c’est 2 minutes etc. Là il n’en est pas question ! Nous avons à observer notre enfant pour déterminer le moment où il sera plus calme et où on pourra reprendre le contrôle avec lui.

  • Ce retrait dans l’idéal doit être suivi d’une recherche de solution, d’une discussion, bien entendu adaptées à l’âge de l’enfant. Il est mieux d’attendre que chacun soit bien « dans le vert », que les tensions soient redescendues pour le parent comme l’enfant. On peut alors poser des questions simples à son enfant : « Comment faire autrement la prochaine fois? » , « Comment éviter de jeter les objets quand on est en colère? ».
  • Il existe de nombreuses manières de désamorcer les conflits et les colères. Cela n’a rien de simple malheureusement… Parfois, nous ne sommes pas en condition pour accueillir les émotions qui débordent de nos enfants. Mais, avoir des outils simples à portée de main comme des cartes des émotions ou une bouteille de retour au calme peut nous permettre de gérer sans que cela déborde pour nous aussi. De plus, l’enfant ainsi habitué à ses outils, avec le temps, finira par se tourner vers eux de lui-même.
  • Si on dérape, si on crie… et bien ça n’est pas une fatalité. Cela arrive ! Il est important de savoir faire la paix avec son enfant, de savoir lui présenter des excuses et nommer les émotions qui nous ont traversées. Aucun parent n’est infaillible, c’est aussi montrer l’exemple que de savoir admettre que nous, parent, on a eu la mauvaise réaction et qu’on en est conscient, qu’on essaiera de faire autrement la prochaine fois.

Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d’une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante. Découvrez là ici.

Auteur : Maud Pineau

Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d'une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante.

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest