Les BABI, ces bébés aux besoins intenses…

Depuis quelques temps, on voit émerger ce nom « BABI » sur la toile. On sait que chaque bébé est différent. Que chaque bébé naît déjà avec un « bagage » émotionnel, avec des angoisses.

Tous les bébés ont un grand besoin de contact, d’être rassuré, câliné, énormément durant de longs mois. Mais certains bébés, alors qu’on ne s’explique pas toujours pourquoi, ont des besoins intenses…

Ils sont non stop en demande, pleurent beaucoup et laissent peu de répit à leur maman. Longtemps (et encore trop souvent), on a attribué la faute à la mère, qui a trop câliné, trop porté, pas assez laissé pleurer… On a parlé de caprices, de maman qui devient esclave de son bébé… Mais tout cela est faux. Déjà, car un bébé ne fait pas de caprice, il en est incapable, et car on sait maintenant, grâce à de nombreuses études et aux avancées concernant le fonctionnement du cerveau de l’enfant, que le bébé a des besoins affectifs qu’il faut combler, pour son bien être et le bon développement de son cerveau.

Cependant, même si on en parle de plus en plus, l’existence des BABI n’est pas reconnue par le monde scientifique qui considère encore qu’il s’agit seulement d’une question de personnalité et d’éducation. Mais, ce n’est pas parce que les scientifiques n’y accordent aucun crédit que les bébés aux besoins intenses n’existent pas.

Concrètement, un BABI se définit ainsi :

  • Un bébé hypersensible, qui sursaute facilement et est vite anxieux face à des visages inconnus ou à certaines situations.
  • Un bébé aux besoins intenses, qui pleure fort, qui réclame toute l’attention, qui rit fort, qui proteste fort, qui râle quand on ne répond pas tout de suite à ses besoins. C’est un bébé qui réagit de manière intense à tout.
  • Un bébé exigeant, pour qui tout est urgent. C’est un bébé qui a besoin qu’on réponde tout de suite à ses demandes et aucune diversion ne fera d’effet (jeu, doudou, tétine…), sinon son angoisse grandit très rapidement.
  • Un bébé imprévisible. On pense avoir trouvé LE truc pour le calmer ou le faire dormir, et du jour au lendemain cela ne fonctionne plus.
  • Un bébé toujours actif, très éveillé, toujours en mouvement.
  • Un bébé épuisant (et oui…)!Un bébé qui veut toujours les bras, qui a un grand besoin de contact physique, qui ne sait pas se calmer seul et qui ne reste pas longtemps dans un transat, lit, tapis d’éveil…
  • Un bébé qui ne se blottit pas, qui se raidit, qui préfère être face au monde et n’aime pas être emmailloté.
  • Un bébé qui n’aime ni la voiture, ni la poussette.
  • Un bébé qui tète tout le temps, qui a des besoins de succion intenses même si ce n’est pas forcément pour se nourrir.
  • Un bébé qui se réveille souvent, qui dort très peu la nuit comme le jour, et se réveille très souvent la nuit. Un rien l’éveille alors qu’il faut longtemps pour l’endormir.
  • Un bébé qui souvent ne veut QUE sa maman, ne se calme qu’avec elle.

Ceci est bien sûr une liste non exhaustive et tous les bébés aux besoins intenses ne présentent pas tous ces traits. On pourrait même croire à lire ceci, qu’en fait les BABI n’ont finalement rien de différent d’un autre enfant. Tous les bébés se réveillent la nuit, ont besoin d’être portés, ne savent pas patienter…

Mais, ce qui caractérise vraiment un BABI, c’est le fait que la plupart du temps on n’arrive pas à comprendre ce bébé qu’on tient dans nos bras. Il ne semble jamais satisfait, rien de ce que l’on fait ne semble l’apaiser… Toute l’énergie qu’on lui consacre, semble être vaine.

Pour avoir été la maman d’un bébé aux besoins intenses, je sais qu’on sent vite que notre bébé est un peu différent dans ses besoins, qu’il a besoin de plus, de toujours plus, que s’il pleure tant, s’il dort si peu et si mal, ça n’est pas juste un « caprice » comme le diront l’entourage ou les médecins… qu’il a juste un réservoir de réassurance immense à combler.

Et c’est dur. Terriblement dur. On se sent démunie, et si on n’a pas un entourage empathique et bienveillant, on prend en plein coeur toutes les remarques et conseils non sollicités (« c’est parce que tu le portes trop », « arrête de l’allaiter autant », « laisse-le pleurer voyons! » etc – Je précise qu’un BABI n’est pas forcément un bébé allaité). Etre maman d’un BABI c’est être maman à 300%, c’est épuisant, c’est déprimant parfois…

Alors il faut absolument s’entourer, dialoguer, mettre des mots sur ses propres émotions, parler avec le papa mais aussi avec son enfant, lui dire qu’on est fatiguée, qu’on n’arrive pas bien à le comprendre, que si parfois on craque en pleurant ou en criant (car oui, ça arrive…) ça n’est pas sa faute, c’est qu’on est perdue.

Pour le papa, la situation est souvent très difficile à vivre aussi, car avoir un bébé qui le rejette ça n’est pas simple… mais favoriser le peau à peau avec le papa, les regards doux… il y a plein de petites choses que le papa peut faire pour « apprivoiser » ce bébé, et soulager un peu la maman.

Enfin, il ne faut pas hésiter à demande de l’aide ! Même si votre bébé refuse quelqu’un d’autre que vous. Demandez à une amie ou à un membre de la famille de faire vos courses, de vous aider pour le linge, le ménage… De venir boire un café chez vous, de vous tenir compagnie, de vous écouter tout simplement.

Avoir un BABI est dur mais c’est loin d’être une fatalité. Passée la première année qui est réellement difficile, tout devient soudain plus simple. On a réellement le sentiment d’avoir fait le plus difficile ! Et le lien fort qu’on a tissé avec son enfant, basé sur la confiance, le respect sera un beau cadeau! Ceci est valable pour tous les bébés, mais particulièrement pour un BABI, quand ses besoins ont été entendus et comblés au mieux, quand les parents ont tant donnés pour leur bébé, souvent le résultat est un enfant qui grandit plein de confiance en lui, sociable et autonome. C’est dur oui, mais nos efforts ne servent pas à rien !

Surtout, ne restez pas seuls et ne culpabilisez pas !

Votre bébé demande énormément d’attention? Faites au mieux pour vous rendre disponible pour lui, le ménage attendra, la préparation du repas pourra pour une fois passer par un tour dans le congélateur ou chez le traiteur.

Les enfants grandissent si vite, et on oublie aussi très vite combien cela a pu être difficile certains jours, pour savourer la joie d’avoir un enfant plein de vie, plein d’énergie souvent certes, mais surtout vivant et curieux… foi de maman d’un BABI ;-)

Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d’une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante. Découvrez là ici.

Auteur : Maud Pineau

Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d'une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante.

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest