Impliquer les enfants dans les tâches ménagères…

Ah les tâches ménagères et la participation des enfants à ces dernières… vaste débat !

S’il est vrai que faire la lessive, le ménage, ranger sont des tâches plutôt pénibles, pense t-on vraiment à y impliquer nos enfants ? Nous avons tendance à râler car ceci est en désordre, que le linge traine au sol, parce que nous en avons marre de ranger/laver/faire à manger. Mais a-t-on vraiment pros le temps de réfléchir à l’organisation de ces tâches de la vie quotidienne ? Avons-nous formulé des demandes claires, exprimé nos besoins quant à cela ?

Je pense que si l’on souhaite avoir un adolescent qui participe sans trop rechigner, il faut l’impliquer dès tout petit. Oui, un enfant de deux ans est capable d’aider et de faire des choses! En plus, avant trois ans en général les enfants adorent participer! Qui n’a jamais vu son enfant jouer avec le balai ou l’aspirateur avec plaisir ? Et bien, pourquoi ne pas se servir de cet intérêt pour introduire des routines quotidiennes ? La vie pratique est un excellent vecteur d’autonomie, et les pierres posées aujourd’hui ne seront pas à poser demain.
Attention, je tiens tout de même à préciser que le but n’est absolument pas d’imposer quoi que ce soit. Y aller en force n’est pas la solution, mieux vaut privilégier la coopération, et laisser à chacun le droit de s’exprimer, même si c’est pour un désaccord.

Avec un tout petit, la mise en place de l’aide aux tâches ménagères n’est finalement pas si compliquée.

Il faut l’accompagner, lui montrer les gestes en les décrivant… souvent, très souvent… et plusieurs fois, en restant calme et positive

  • Par exemple, lorsqu‘il prend son bain, nous pouvons très vite lui indiquer où mettre ses affaires sales. Cela peut facilement se mettre en place dès que l’enfant marche. Il faudra bien sûr le lui montrer de nombreux soirs, le faire avec lui… jusqu’au jour où cela deviendra un geste acquis pour lui et qu’il le fera de lui-même. Et puis s’il oublie ? Ca n’est pas grave, un enfant oubliera forcément un jour ou l’autre ! Il faut alors le lui dire (sans reproche !), lui montrer à nouveau si besoin, ou simplement le lui rappeler. Il n’est aucunement besoin de s’énerver, même si cela nous agace, en restant calme et en disant les choses simplement, en général l’enfant va réparer son oubli.
  • Le jeune enfant peut aussi mettre la table, aider à vider le lave vaisselle (oui, même si la vaisselle casse, même s’il y a des couteaux), mettre son pyjama sous l’oreiller, tirer la couette sur son lit… Tout est simplement une question d’écoute et d’accompagnement.
  • Il ne faut pas partir du principe qu’il est « trop petit pour ». Certes, il a le temps pour ça… mais il serait dommage de ne pas profiter de cet intérêt qu’ont les touts petits pour les tâches de la vie quotidienne pour créer des routines qui seront bénéfiques à toute la famille.  Pourquoi ne pas leur montrer qu’on leur fait confiance et encourager leur autonomie? Bien sûr il faut expliquer et nommer les dangers, mais sans dramatiser ou angoisser l’enfant, juste lui indiquer ce qui est dangereux afin qu’il apprenne à y être vigilant. Nos enfants sont vraiment surprenants, notamment dans leur quête d’autonomie et dans cette histoire de tâches ménagères, ils peuvent vraiment nous grandement nous surprendre !

 

Tache_menagere_enfant

Avec les plus grands, les choses se corsent un peu.

Beaucoup d’enfant et d’adolescents sont peu enclins à donner un coup de main.

  • Mais en allant à la confrontation, souvent on ne fait que bloquer la situation. Je crois qu’avant d’imposer une organisation, il faut en discuter, par exemple un soir tous à table après le diner. L’enfant a droit à la parole, il doit pouvoir donner son avis, exprimer ses émotions, ses ressentis en toute liberté.
  • La méthode sans perdant de Thomas Gordon (cf. Parents Efficaces) est un très bon support pour redéfinir les rôles de chacun dans l’accomplissement des tâches ménagères. Demander à l’enfant « Comment peut-on faire ? Quelle solution ? », l’écouter et prendre en considération ses propositions. Exprimer les nôtres également, et trouver ensemble une solution qui conviendra aux deux parties (aucun ne doit être lésé ! Il ne s’agit pas de faire des compromis !). Par exemple, votre enfant pourra vous dire qu’il préfèrerait s’occuper d’étendre le linge, ou de mettre la machine à laver en route plutôt que vider le lave vaisselle le soir, car après diner il aime bien pouvoir écouter un peu de musique. Si cela vous convient, alors la solution est trouvée. Si cela ne vous convient pas tellement, et bien vous pouvez proposer autre chose, et ainsi faire avancer la réflexion. Certes, cela demande de prendre le temps. Mais les bénéfices seront beaucoup plus mesurables qu’en criant chaque jour car ceci ou cela n’est pas fait. Attention, cela ne signifie pas que la distribution des tâches sera acquise pour de bon… il y aura des oublis, des rebellions… mais en prenant le temps de poser les choses, d’en discuter, en adoptant ce mode de communication où chacun a droit à la parole, les conflits se règlent en général beaucoup plus sereinement.
  • Enfin, je crois qu’il faut savoir lâcher du lest et les responsabiliser. Définissez ce qui n’est pas si grave pour vous. Si votre ado ne range pas sa chambre, que c’est une vraie corvée pour vous d’y faire le ménage et qu’en plus cela vous met en conflit avec lui… et bien dites lui, que vous ne pouvez pas nettoyer sa chambre et proposez lui de s’occuper de ça lui-même. Tenez-y vous, même si l’état de sa chambre vous dépite! S’il a besoin d’aide il viendra vous en demander. Si vivre dans le bazar lui convient, laissez-lui cette liberté, ainsi que la responsabilité de gérer sa chambre. Il pourrait vous surprendre!

Pour l’harmonie familiale c’est important que chacun participe aux tâches ménagères. Parfois prendre un peu de recul et en discuter peut permettre de sortir de cet état de frustration face au peu d’aide que l’on a.

On peut très vite être étonné par nos enfants, et ce qu’ils sont capables de faire, quand la communication est fluide et qu’ils se sentent écoutés !


Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d’une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante. Découvrez là ici.

Auteur : Maud Pineau

Maud Pineau est assistante maternelle et auteure du blog Les tribulations d'une Maman Mammouth, pro maternage et éducation bienveillante.

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest