L’épuisement parental n’est pas une fatalité !

« Je suis épuisée, je n’en peux plus, je lutte pour chaque chose à faire, je n’y arrive plus. Je craque, je m’énerve pour un rien, je pleure, je ne supporte plus les enfants.Il y a toujours quelque chose, je n’ai le temps de rien. Je crie beaucoup, j’ai honte de moi, je culpabilise de mal faire. Je me sens nulle, je ne sais plus quoi faire. Des fois je me dis que ça va passer, et puis ça revient encore et encore… »

Ces quelques phrases reflètent l’état émotionnel et physique des parents avec lesquels je travaille et qui s’épuisent au quotidien depuis qu’ils ont des enfants. Tous les parents peuvent un jour être confrontés à cet état de fatigue intense sur une période plus ou moins longue. Pour vous, cela a pu commencer dès la grossesse, ou peut-être après l’accouchement, ou encore avec les premiers mois de bébé, du deuxième … Ou encore est-ce advenu au fil du temps sans crier gare, qu’il y est un ou plusieurs enfant.

Le point commun entre ses différents épuisements c’est cette quête d’idéale et de perfection consciente et inconsciente du parent :

  • Faire tout ce que l’on peut pour que tout se passe bien
  • Vouloir le meilleur pour son / ses enfant(s)
  • Gérer tout le quotidien, la vie avec ses enfants, la vie avec son amoureux, la vie en dehors (amis, entreprise, aléas de la vie…) à la perfection ou en essayant de l’être.

En quelques mots :  donner et encore donner de sa propre personne pour tout sans réussir à obtenir tous les résultats voulus et attendus. Ces intentions ne sont ni bien ni mal, elles indiquent simplement que vous voulez donner le meilleur. C’est une intention positive et créative dont la source est l’amour. Et c’est ce qui est si incroyable, vous donnez énormément d’amour. Vous êtes capable de faire tellement :

  • Quand vous ne savez pas, vous apprenez dans des bouquins, vous lisez tout un tas d’informations.
  • Quand vous faîtes ce que vous considérez comme étant mauvais, vous vous remettez en question.
  • Quand vous criez, vous recherchez une solution pour ne plus le faire du tout.
  • Quand votre enfant est mal, vous cherchez des réponses, et vous vous investissez.

Vous avez tous des qualités incroyables, un cœur généreux,  de la force, de l’intelligence, du courage, le sens du Don…
Et pourtant cela ne fonctionne pas !
vous vous sentez épuisés et s’ensuivent des conséquences assez désastreuses autant sur le plan individuel, qu’en couple ou en famille. Des crises, des conflits, des reproches, des émotions négatives de plus en plus présentes, un manque de reconnaissance sur tous les plans, une lutte constante, de la culpabilité grandissante, peut-être pas tous les jours.

Quelques pistes pour sortir de cet état :

  • Observez ce que vous vivez sans jugement.
    Quelles sont vos impressions ? Où est-ce que vous allez vous épuiser le plus ? Avec les enfants ? Les tâches quotidiennes ? Avec votre conjoint(e) ?
  • Reconnaissez ce que vous vivez, vos émotions, votre situation.
    Acceptez ce que vous êtes en train de vivre, ce n’est ni bien ni mal, juste acceptez ce que vous traversez en entier. Ne vous focalisez pas que sur le négatif, mais aussi ce que vous ne voyez que rarement, le positif. Vous avez le droit de ne pas aimer cette vie de famille, vous avez le droit d’être en colère, déçue, vous avez le droit de ressentir toutes ces émotions.
  • Donner et recevoir
    Vous donnez beaucoup de vous dans tout ce que vous faîtes. Ne laissez pas vos attentes et vos désirs de tout bien faire vous empêcher de recevoir. Par exemple, vous enfants vous donnent à leur façon, dans ce qu’ils sont. Ils vont communiquer avec leur propre langage, qui n’est pas forcément le langage verbal.Votre conjoint(e) vous donne à sa façon dans ce qu’il / elle est. En vous focalisant sur ce que vous n’avez pas, parce que vous attendez que ce soit fait comme vous le voulez, vous vous fermez à ce que vous avez.
  • Apprenez à Être le parent de vos enfants
    Vous êtes-vous aussi en apprentissage, vous évoluez autant que votre enfant. Devenez votre meilleur(e) ami(e). Comme lors de tout apprentissage vous allez faire des erreurs.Votre enfant n’apprend pas à marcher, parler en un seul jour, il le fait sur plusieurs semaines, voir des mois.Donnez-vous cette indulgence et patience avec vous, l’apprentissage ne coule pas de sources, il s’acquiert au fil des expériences que vous vivez.
  • Doucement, prenez le temps de vivre, respirez plus
    Rien ne sert de courir, de vous focaliser sur le passé et d’angoisser sur l’avenir. Votre passé est expérience, votre avenir ne se crée que parce que vous êtes dans le présent.Prenez ce temps de vivre le moment, respirez. Autorisez-vous ces moments de qualité avec vos enfants, votre conjoint(e), et même avec vous-même.
  • Écoutez plus votre cœur
    Votre cœur sait beaucoup plus de choses sur vous que vous ne le pensez. Il vous donne les clés pour vous sentir mieux. Qu’aimez-vous ? Qu’aimeriez-vous vivre ? Lâchez la grappe un peu à votre mental et ressentez plus votre cœur de parent. Est-ce grave si ce soir vos enfants mangent des tartines parce que vous êtes tous épuisés ? Est-ce grave si votre enfant va rester avec vous plus longtemps ce soir parce qu’il a vécu une journée difficile et qu’il a besoin de vous ? Est-ce grave si vous allez vous coucher à l’heure des poules sans avoir tout rangé, nettoyé ? Est-ce grave si vous ne respectez pas toutes les règles ?
  • Décider et choisir
    Ne subissez pas votre vie que vous trouvez contraignante et difficile. Choisissez chaque jour ce que vous vous souhaitez et décider. Un jour après l’autre. En devenant acteur de votre vie de parent, vous ne subissez plus la fatigue. En décidant de vous sentir bien, en ayant cette intention, vous vous donnez à vous la possibilité de l’être. Alors un pas après l’autre, une marche après l’autre.

Prenez l’information de ce que votre corps, cœur et tête vous disent, vous êtes épuisés. Ce n’est pas une fatalité, il est temps de vous écouter, de vous accorder ce dont vous avez besoin.

Et vous, avez-vous subit l’épuisement parental ?  Commet vous en êtes-vous sortis ?

Emilie Daffis est coach en développement personnel pour les parents et auteure du blog Le Repères des Parents. Elle vous accompagne dans votre quotidien et vous aide à devenir des parents épanouis. Découvrez là ici.

Auteur : Emilie Daffis

Emilie Daffis est coach en développement personnel pour les parents et auteure du blog Le Repères des Parents. Elle vous accompagne dans votre quotidien et vous aide à devenir des parents épanouis.

Partagez cet article sur

6 Comments

  1. Super article Emilie!! Et pour répondre à votre dernière question : oui j’ai subi l’épuisement parental. Et je m’en suis sortie grâce à VOUS. Alors MERCI. Je chemin est encore long mais quel plaisir de se découvrir et de devenir enfin la femme / maman que l’on souhaite être. MERCI pour tout ce que vous nous apportez.
    Rigard

    Post a Reply
  2. Vous avez aussi eu cette En- Vie de vivre sur votre chemin, le vôtre. Aujourd’hui, vous liez tout ce que vous êtes en vous donnant l’essentiel. Je suis heureuse de lire que vous dansez même lorsque la pluie ruisselle ;). Vous avez toutes les clés pour vivre.
    Merci pour votre commentaire qui me touche beaucoup.
    Emilie

    Post a Reply
  3. Je viens de vous lire. Ça m’a fait du bien … je me suis reconnue dans tout les points. C est rassurant de voir qu on est pas juste en train de sombrer dans l hystérie (Parce que je me donne vraiment l impressions d être une folle hystérique a)et qu on est pas la seule dans cette situation … alors merci pour ça
    Marjorie

    Post a Reply
    • Merci pour ce message Marjorie :)
      Nous n’osons pas nous avouer et / ou avouer au autres ce que l’on traverse. Pourtant, c’est aussi un moyen de s’en libérer.
      Prenez soin de vous Marjorie.
      A bientôt
      Emilie

      Post a Reply
  4. Et oui moi aussi je me reconnais dans cet article….et c est tellement vrai ce qui est dit,c est bon de trouver les clefs du bonheur…..prendre le temps de vivre les moments présents …plus facile a écrire qu a faire….
    Céline

    Post a Reply
    • Céline, une petite astuce pour revenir à soi dans le présent, fermez les yeux, inspirez et expirez longuement plusieurs fois.
      Ne vous obligez pas à faire, soyez dans ce que vous faîtes.
      Merci pour ce commentaire.
      Prenez soin de vous Céline.
      Emilie

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest