Zoom sur les p’tits bobos de l’été !

L’été, de grands classiques reviennent et créent des problèmes aux enfants.

côtébébé fait le point sur les bobos estivaux et tente de vous livrer quelques astuces pour les atténuer.

1) Attention au soleil

Avant 2 ans, mieux vaut éviter l’exposition au soleil.

En effet, les jeunes enfants restent sujets à la déshydratation et tolèrent mal la chaleur. Même à l’ombre d’un parasol, par exemple, ils doivent être équipés : t-shirt, short, lunettes de soleil (si possible de classe 3) et chapeau assez large sur les bords seront d’excellents alliés pour contrer les risques.

Pour les parties qui restent dénudées sous le parasol (comme les jambes et les bras), il faudra veiller à appliquer une crème solaire avec un indice de protection élevé.

Pour toute la famille, on évite les phases d’exposition au soleil entre 12 et 16 heures, qui sont les pires pour la peau et multiplient les risques d’insolation.

Dans le cas où l’insolation serait tout de même là, vous la repérerez aux nausées, vomissements, pouls plus faible et maux de tête qu’elle provoque. La température de l’enfant peut monter également. Il faudra alors le placer dans une zone ombragée et veiller à lui donner à boire. Vous pouvez aussi refroidir sa tête avec des compresses d’eau fraîche.

2) Les brûlures

Si votre enfant s’est brûlé, il faudra refroidir la partie de son corps concernée par la brûlure. En la passant sous l’eau froide pendant 5 minutes, cela atténuera la douleur tout en évitant la propagation de la brûlure. Un linge gorgé d’eau pourra aussi être appliqué sur la zone abîmée.

Attention par contre à ne pas utiliser certains remèdes de grand-mère comme le recours à l’huile ou au beurre. En effet, les corps gras vont tenir la brûlure au chaud et ne seront donc pas efficaces.

Ne percez pas les cloques, sous peine de faciliter le passage des microbes (infection). N’utilisez pas de coton sur la plaie, car ce dernier laisse de petits résidus qui vont se coller à la brûlure.

3) Aïe, ça pique !

Abeilles, guêpes et moustiques sont très présents dans les paysages estivaux. Il y a des précautions à prendre pour éviter de se faire piquer et des recommandations à suivre quand c’est trop tard.

L’abeille perd son dard qu’il faut ôter avec une pince à épiler. Une fois le dard sorti, désinfectez à l’alcool. D’une manière générale, les piqûres d’insectes ne sont pas dangereuses quoique douloureuses. Attention toutefois aux réactions allergiques qui peuvent déclencher un gonflement.

Si la piqûre s’est produite dans une zone sensible (gorge, contour des yeux ou de la bouche), mieux vaut consulter un docteur.

Les couleurs vives attirent les insectes ; aussi reste-t-il judicieux de porter des vêtements aux coloris clairs et d’éviter de marcher pieds nus. S’il ne fait pas trop chaud, un tee-shirt à manches longues sera idéal pour prévenir le risque de piqûres de moustiques et autres insectes. De la même manière, un short un peu long protègera mieux les jambes.

4) La déshydratation

Elle ne doit pas être prise à la légère. En effet, un jeune enfant peut en mourir. S’il présente les symptômes qui suivent, il devra être amené en urgence à l’hôpital : grande fatigue, yeux cernés, troubles de la conscience, pleurs, sécheresse des lèvres et de la langue. On peut aussi faire le test du pli cutané pour vérifier : dans ce cas, on pince la peau du dessus de la main. Si celle-ci demeure plissée quelques secondes après le pincement, c’est un signe de déshydratation.

Le remède : faire boire à l’enfant de l’eau fraîche.

5) Les plaies

En été, avec l’excitation, les enfants ont tendance à vouloir tout découvrir et à courir partout. Ils peuvent ainsi se faire mal : entailles, griffures et écorchures sont alors fréquentes. Pour les nettoyer, mieux vaut miser sur du savon et bien rincer après application. Un antiseptique doit être ensuite utilisé mais si possible pas sur du coton.

En effet, ce dernier se désintègre en petits morceaux, qui viennent se mêler à la plaie. En fonction de la profondeur de la plaie, il faudra ou non avoir recours à un avis médical. Dans tous les cas, avant le départ en vacances, mieux vaut vérifier le carnet de vaccination et vous assurer que tout est à jour (surtout du côté du tétanos).

Auteur : Alexandra Le Dauphin

Alexandra Le Dauphin est rédactrice web chez Drôle de Plume et auteure de 5 ouvrages "Célibataire, faut pas t'en faire", "Au boulot Chômette "et "Matéli fait son tri", "Les lunettes de Mattéo" et "Toi, mon bébé prématuré".

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest