Les divers modes de garde d’enfants : faîtes le bon choix !

Quand bébé pointe le bout de son nez, que maman se remet à peine de l’accouchement et de ses neufs mois de grossesse, il vaut mieux avoir choisi son mode de garde ! C’est effectivement une des premières premières préoccupations des jeunes parents lors d’un heureux évènement.  Voici donc un récapitulatif des divers modes de garde d’enfants, qui vous aidera, j’espère, à faire le bon choix.

Les structures d’accueil (crèches, halte-garderie, jardin d’enfants, structures multi-accueil)

Ces modes d’accueil collectifs sont gérés par des professionnels de la petite enfance dans des locaux respectant des normes de sécurité et favorisant l’éveil de l’enfant.
Les structures d’accueil ont pour avantage leur faible coût le (le tarif est calculé en fonction du revenu des familles) et un environnement parfaitement sécurisé, où bébé apprend à vivre en communauté.
En revanche, leur nombre de place est limité (il manquerait entre 300 et 400 000 places en France pour répondre à une demande croissante) et les horaires sont peu flexibles (les crèches sont quasiment toutes fermées le mercredi par exemple).

Les assistantes maternelles (professionnelles de la petite enfance qui accueillent les enfants à leur domicile)

Ce mode de garde nécessite la signature d’un contrat de travail entre la famille, employeur et l’assistante maternelle, salariée.
Il s’agit donc d’un accueil personnalisé (on compte au maximum 4 enfants chez une assistante maternelle) avec des horaires assez flexibles (à négocier dès le départ en fonction des impératifs des uns et des autres).  Et vous pouvez bénéficier d’aides, en fonction de vos revenus, lors de l’embauche d’une assistante maternelle.

Ce système présente cependant aussi des inconvénients : La pénurie d’assistantes maternelles les met en position de force et les incitent à imposer leurs conditions aux parents (aussi bien sur le plan tarifaire qu’organisationnel). D’autre part, le manque de formation des assistantes maternelles est réel (120 heures de formation en tout et pour tout, dont 60 heures seulement avant sa première garde) et les choses ne vont pas en s’améliorant avec la montée du chômage : les agréments se délivrent de plus en plus facilement sans que les compétences soient réellement validées. Enfin, se pose le problème de la sécurité : l’assistante maternelle travaille seule chez elle et ne se fait que rarement contrôlée par la PMI.  En cas de dérive, personne ne peut intervenir rapidement.  Choisir une personne fiable est donc essentiel et peut prendre un certain temps.

Les regroupements d’assistantes maternelles (assistantes maternelles qui décident de se regrouper dans un local pour garder les enfants qu’on leur a confiés)

 Les avantages de cette formule sont nombreux : ç’est une micro-crèche, où bébé se socialise en douceur, les normes de sécurité sont très strictes donc rassurantes, les horaires restent plus flexibles qu’en crèche puisqu’elles ont été préalablement négociées avec chaque ass mat et l’accueil reste personnalisé (pas plus de 4 enfants par assistantes maternelles). Le regroupement d’assistantes maternelles leur permet de s’entraider et de se conseiller quand un problème survient.
Malheureusement, ce mode de garde est encore peu répandu car la mise en place en est longue (rédaction des conventions, normes du local…) et coûteuse pour les assistantes maternelles qui doivent souvent louer leur local.

La garde à domicile (simple ou partagée)

Ce mode de garde nécessite la signature d’un contrat de travail entre le ou les parents et la nounou et implique que la garde d’enfant se déplace au domicile des parents pour garder le bébé. Là encore, il est possible de bénéficier d’aides financières en fonction de ses revenus.  Ce mode de garde présente donc des avantages non négligeables : Il s’agit d’une garde personnalisée  (qui implique au maximum deux familles dans le cadre d’une garde partagée), qui respecte le rythme de l’enfant et permet une certaine flexibilité horaire (négociée lors de l’embauche). La nounou peut également faire office de femme de ménage.
Mais c’est une formule coûteuse, puisque le salaire minimum d’une garde à domicile correspond à un SMIC (auquel il faut ajoute les charges !). Notons également que c’est assez lourd sur le plan administratif, puisque les parents sont seuls à gérer les relations employeurs-employés (contrat de travail, déclaration URSAF etc…). Enfin, n’importe qui peut s’improviser nounou : aucune formation n’est requise.  Il s’agit donc d’avoir de l’intuition quand on fait son choix.

Pour trouver facilement votre garde d’enfant, déposez et consultez gratuitement des petites annonces de garde d’enfants sur Côté Bébé.

Auteur : Anne-Lise Pernotte

Anne-Lise Pernotte est rédactrice en chef de cotebebe.fr et free-lance dans le digital. Passionnée par le web, l'écriture et l'univers de la petite enfance, elle souhaite apporter un accompagnement bienveillant et éclairé aux futurs et jeunes parents. Elle est aussi l'auteure du premier livre feelgood dédié à la parentalité tardive "avoir un enfant à 40 ans (ou presque)"

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest