L’ami imaginaire : en quoi est-il une bonne chose pour l’enfant ?

Voir son enfant converser et jouer avec son ami imaginaire peut sembler bizarre pour un parent.

Pour autant, cela impacte positivement sur votre bambin. Des recherches ont clairement démontré le bénéfice d’avoir un ami imaginaire. Voici ce qu’il faut retenir.

L’ami imaginaire : un ami qui veut du bien à P’tit Loup

Une meilleure sociabilité

L’ami imaginaire favorise le lien social. En effet, il permet à l’enfant de se sentir plus à l’aise en société et de parvenir à mieux se mettre à la place des autres. En jouant régulièrement avec cet autre invisible, P’tit Loup accepte mieux qu’autrui ait une manière différente de penser, son ami imaginaire n’étant certainement pas toujours d’accord avec lui !

P’tit Loup dispose aussi d’une meilleure compréhension de lui-même. Il a intégré le fait que ses pensées soient invisibles à l’œil nu, chose que les jeunes enfants appréhendent mal en général.

La personnalité prime

Des études ont prouvé que les bambins jouant avec un ami fictif ont tendance à voir les traits de caractère dominants des autres plutôt que de se référer à la seule apparence. Ainsi, si on les questionne par rapport à leurs camarades de la vie réelle, ils évoqueront davantage leur personnalité plutôt que leur apparence physique pour les décrire.

Une créativité accrue

Les études menées sur le sujet soulignent aussi le fait que les bambins ayant un ami imaginaire se montrent plus créatifs que les autres. Constat à nuancer, cependant, car on peut se demander si le fait d’avoir un partenaire fictif de jeu est la cause ou la conséquence de la créativité d’un bambin. Autrement dit, est-ce que l’enfant développe sa créativité grâce à ses conversations avec son ami imaginaire ou l’a-t-il déjà largement en lui, à tel point qu’elle se manifeste via la création de ce copain virtuel ?

Du côté des parents

Vous vous demandez sûrement comment réagir par rapport à cette situation. D’après les résultats des recherches, tout le monde s’accorde à dire que le mieux reste de jouer le jeu. Sachez que la majorité des enfants sait faire la différence entre son imagination et la réalité.

Aussi, si P’tit Loup vous demande de partager le repas fictif préparé à l’occasion de l’anniversaire de son ami imaginaire, venez vous y joindre.

Parfois, l’enfant peut répercuter la mauvaise attitude de son copain virtuel. Il va par exemple expliquer à ses parents que son ami fictif refuse de jouer avec lui ou qu’il lui a dit de vilaines choses.

Il est important dans cette situation d’écouter ce que P’tit Loup évoque et de l’aider à résoudre le problème. Gentils comme méchants amis fictifs : tous permettent à l’enfant de mieux appréhender les relations sociales.

Note : si P’tit Loup pense que son copain imaginaire est bien réel, il faudra vous en inquiéter. Mais dans la majorité des cas, l’enfant met seulement à profit son incroyable esprit inventif.

Auteur : Alexandra Le Dauphin

Alexandra Le Dauphin est rédactrice web chez Drôle de Plume et auteure de 5 ouvrages "Célibataire, faut pas t'en faire", "Au boulot Chômette "et "Matéli fait son tri", "Les lunettes de Mattéo" et "Toi, mon bébé prématuré".

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest