Allaiter ou pas ? Un choix personnel…

Vous accouchez dans quelques semaines et vous ne vous êtes toujours pas décidée : allez vous allaiter votre bébé au sein ou lui donner le biberon ? Pas facile de prendre position sur quelque chose qu’on n’a pas expérimenté et qui véhicule un certain nombre d’idées reçues …  Voici un petit récap des avantages et inconvénients de lallaitement maternel et de l’allaitement au biberon.

L’allaitement maternel

Véritable éxilir de croissance, le lait maternel est parfaitement adapté au besoin de votre bébé. Riche en vitamine, ce lait lui permet d’être en forme toute la journée. Il regorge d’anticorps, prémunit bébé contre les maladies (respiratoires et intestinales notamment) et lutte activement contre la constipation.  Il a également l’avantage de cultiver le palais de bébé et de stimuler son goût,  puisque le parfum des aliments que vous mangez se diffuse dans votre lait…

Quand bébé tète, il prend exactement ce dont il a besoin et bénéficie d’un lait , qui est toujours à la bonne température.

Sur le plan pratique, l’allaitement est très simplifié : pas de biberon à laver et à stériliser, rien à transporter lors de déplacements, puisque vous pouvez allaiter à tout moment.  Lors de l’allaitement nocturne, vous ne laissez pas bébé pleurer en courant préparer le biberon.

L’allaitement est un moment privilégié et complice entre maman et son enfant.

Il est évident que l’allaitement au sein est très bénéfique pour votre enfant, mais qu’en est-il pour la maman ?  C’est là que les choses se compliquent un peu, même si les accessoires d’allaitement (lingerie, coussinets etc…) ont largement évolué et assurent un certain confort aux mamans allaitantes. Cependant, vergetures, crevasses et autres lésions sous-cutanées ne font pas toujours de l’allaitement au sein une partie de plaisir !

Pour s’assurer d’avoir du lait de bonne qualité et en quantité suffisante, la maman doit être détendue et se nourrir de façon très équilibré depuis le début de sa grossesse et jusqu’à la fin de l’allaitement (il n’est pas recommandé de commencer un régime par exemple ou de boire à nouveau de l’alcool au cours de cette période).  Repos et sérénité sont donc nécessaires pour un allaitement au sein réussi.

L’allaitement au biberon

Les laits maternisés disposent aujourd’hui de toutes les qualités nutritionnelles indispensables au bon développement de bébé et sont soumis à un cadre réglementaire strict.

A chaque tétée, on sait ce que bébé a pris, ce qui peut rassurer certains parents anxieux.

Le réglage des horaires des repas se fait également plus facilement avec le biberon.  Bébé réclame moins souvent à manger son rythme n’en est que plus régulier.

L’allaitement ne dépend plus que de la maman et le père peut participer activement en donnant lui-même le biberon. Ceci permet à la maman de passer facilement le relais si elle souhaite sortir ou se reposer.

La maman qui donne le biberon est plus libre en terme d’alimentation et peut, par exemple, commencer un régime.

Le problème avec le lait maternisé, ç’est qu’il faut trouver celui qui convient à bébé.  Il n’est pas rare d’avoir des soucis de constipation avec les laits premier âge par exemple.  Certains enfants développent également des allergies au lactose ou au soja…  Un complément en fluor et en vitamine D est souvent nécessaire pour que le lait de supermarché soit aussi bénéfique que le lait maternel…

Quoiqu’il en soit, le choix du type d’allaitement est un choix très personnel.  C’est une décision qui vous appartient et qui constitue même votre première grande décision quant à l’éducation de votre enfant.  Ne vous laissez pas influencer par votre entourage ou la pression sociale et demandez vous ce qui est le mieux pour vous et votre bébé.  Ne culpabilisez pas si vous ne vous sentez pas prête à allaiter, si ce geste n’est pas naturel pour vous… Il vaut meiux donner un biberon sereinement plutôt que de tendre un sein stressé !

Auteur : Anne-Lise Pernotte

Anne-Lise Pernotte est rédactrice en chef de cotebebe.fr et free-lance dans le digital. Passionnée par le web, l'écriture et l'univers de la petite enfance, elle souhaite apporter un accompagnement bienveillant et éclairé aux futurs et jeunes parents. Elle est aussi l'auteure du premier livre feelgood dédié à la parentalité tardive "avoir un enfant à 40 ans (ou presque)"

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest