Diversification alimentaire ne rime pas forcément avec galère (+ concours)

Ça y est, tu y es parvenue… à cette fameuse étape : la diversification alimentaire !

La prunelle de tes yeux a enfin lâché ton sein ou s’est lassé des bibs à répétition et ouvre un bec maxi large pour avaler les petites purées et autres mets alléchants que tu lui prépares avec amour…

En fait…NON ? La réalité est un peu plus complexe et la diversification alimentaire peut être synonyme de galère pour la primipare que tu es ! Entre la peur de l’étouffement, les repas interminables et la customisation de ton salon à base de compote pomme-poire, il y a de quoi craquer, avouons-le…

Pas de panique, tout est normal… Des études ont d’ailleurs montré que les principales inquiétudes des parents portaient sur le sommeil et l’alimentation de leurs bébés.

En vieille combattante sortie victorieuse de cette épreuve, je te livre les 4 commandements de la parfaite débutante en div’ alim’ :-)

De bons accessoires tu t’équiperas !

Inutile de te lancer dans des dépenses farfelues, mais garde en tête qu’il te faut :

  • Une chaise haute (si bébé commence à bien tenir son dos) ou un transat surélevé (pour ne pas passer ta vie chez l’ostéo !)
  • Un bol et/ou une assiette creuse, qui maintient les aliments au chaud et au fond, prévenant ainsi tout risque de débordement.
  • Un bavoir avec réservoir (hé oui, au début, il y a pas mal de perte… et par la suite aussi d’ailleurs quand ton loulou décide de manger seul !)
  • Un baby-cook ou assimilé, ou encore un simple presse-purée si tu veux mettre la main à la pâte.

Le bon rythme tu suivras

La diversification alimentaire commence généralement entre 4 et 6 mois et doit avant tout respecter le rythme de ton enfant. Le mot d’ordre : y aller crescendo !

  • Fais lui découvrir les aliments un par un et garde les subtils mélanges de légumes pour plus tard,
  • Propose-lui de petites quantités afin de ne pas le brusquer et surtout de ne pas le dégoutter,
  • Hache et mixe systématiquement tous les aliments afin de lui faciliter la tâche en terme de déglutition, puis intègre les morceaux progressivement.
  • Garde certains aliments pour plus tard : jaune d’œufs, fruits à coque, aliments à base d’arachide…

La bonne attitude tu adopteras

S’il y a bien une chose dont il faut s’armer durant cette phase délicate du développement de ton bébé, c’est de patience ! Hélas elle ne se vend ni en pot ni en gélule… Mais je te conseille fortement d’adopter la positive attitude, si chère à notre Lorie nationale !

        • Ne force jamais ton bébé à manger un aliment… sauf si tu veux l’en dégouter (attention, cela ne fonctionne pas avec les gâteaux et le chocolat : il adorera de toute façon !)
        • Profite de cette étape pour l’aider à s’intégrer progressivement dans la vie de famille : le repas doit être un moment de partage et d’échange, idéalement festif.

(Lire page suivante)

Auteur : Anne-Lise Pernotte

Anne-Lise Pernotte est rédactrice en chef de cotebebe.fr et free-lance dans le digital. Passionnée par le web, l'écriture et l'univers de la petite enfance, elle souhaite apporter un accompagnement bienveillant et éclairé aux futurs et jeunes parents.

Partagez cet article sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Futurs ou jeunes parents ?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Merci pour votre inscription et à bientôt !

Pin It on Pinterest